... au Népal

Le Népal, synonyme de L'Himalaya, l'Himalaya, synonyme de L'Everest, lieu mythique situé aux limites du Tibet. C'est ce qui nous a attiré à l'automne 2013 et plus précisément le camp de base de l'Everest. En plus de l'expédition en soit, ce voyage se voulait un défi, une expérience.

Jour 1 et 2

Nous avons donc entrepris notre voyage vendredi le 18 octobre 2013. De Montréal, nous avions 8 heures de vols afin de se rendre à Amsterdam. De là nous avons dû attendre 6 heures en transit avant de reprendre l'avion qui nous amènera, après 9 heures à New Delhi où nous avions, une fois de plus, 6 heures d'attente en plus de passer par des douaniers très pointilleux. De là, nous avons repris, par un brouillard dense sur Delhi, un vol qui nous a conduit cette fois-ci à notre destination finale: Katmandou.  

Jour 3

Nous sommes donc arrivés le dimanche 20 octobre 2013, après 29 heures de déplacement. Une navette déglinguée nous cueillera à l'avion pour nous conduire au terminal où nous aurons 2 formulaires qui disent la même chose afin de nous procurer notre visa d'entrée. Coût du visa: 42 dollars US. C'est après ces 29 heures que nous avons pris d'assaut la ville de Katmandou, capitale du Népal. Au premier coup d'œil, la conduite à gauche, les rues en très mauvais état, la poussière permanente en suspension dans l'air et la pollution m'impressionne ajoutée à cela la circulation chaotique et dense, les femmes en sari, les marchants en bordure de la route, les vaches au milieu de la route et le monde, beaucoup de monde. On arrivera au Shambaling Boutique Hôtel où on nous accueillera avec un jus de mangue citronné, une lingette d'eau fraîche et un "kata", sorte de foulard de soie, et tout ceci en guise de bienvenue.

Comme à l'habitude, nous prendrons un petit moment afin de nous installer et vers 11 heures nous serons fin prêts, commanderons un taxi et nous rendrons à notre première destination, le site de Changu Narayan, dont le temple est considéré comme le plus vieux du pays. Ce temple est situé dans la vallée de Katmandou, au nord de la ville de Bhaktapur. Ces deux lieux d'ailleurs sont inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco. On devra circuler sur une route étroite et sinueuse traversant des rizières en terrasse et observer le spectacle des habitants et habitantes affairés à la récolte des plans de riz coupés à la faucille, battus afin d'en extraire le grain et passés au tamis en osier. Le spectacle est tout à fait fascinant.

On montera une crête étroite avant que le taxi nous dépose près du site. Nous devrons traverser le petit village de Changu à l'unique rue piétonne avant de pénétrer sur le site. Le temple est de style pagode à 2 étages et voué à Vishnu, dieu hindou. On y flânera un moment à observer les statues d'animaux mythiques qui gardent le bâtiment, les poutres de bois des toits formidablement sculptés, les portes dorées particulièrement travaillées. L'endroit peu fréquenté lui confère une ambiance calme propice au recueillement. Nous retournerons au taxi par la rue à l'aspect moyenâgeux bordée de boutiques et où on peu y observer encore des activités rurales inchangées depuis bien longtemps.

Dans le village de Changu

De là, nous nous sommes ensuite rendus dans la vielle ville de Bhaktapur, l'une des trois cités-États médiévales de la vallée de Katmandou et considérer la mieux préservée. Nous y avons accédé par Lasku Dhoka après avoir payé un droit d'entrée, d'où nous avons accédé au Durbar Square de la ville. Dès les premiers moments, nous avons été assailli par une masse de guides désirant nous faire connaître leur citée. Après une série de refus nous avons pu nous permettre de circuler plus librement et avons réussi à prendre la ville d'assaut par nous-mêmes. Nous avons pu apprécier les superbes bâtiments monumentaux qui constituent Durbar Square notamment le Temple de Char Dham, la colonne  du roi Bhupatindra Malla, Chyasilin Mandap et le Temple de Fasidega pour ne nommer que ceux-ci. Nous nous sommes ensuite promenés au hasard à travers des rues étroites, passant par les petites places toutes aussi charmantes les unes que les autres où l'on a pu croiser les artisans affairés à leur tour afin de produire leur poteries, les habitantes vannant le riz au tamis, faisant leur lessive ou simplement bavardant sur les escaliers d'un temple. Tout en vagabondant à travers les rues, nous nous rapprocherons de notre taxi qui nous attend à proximité de la porte principal de Durbar Square. Nous le retrouverons ainsi et reprendrons la route qui nous ramènera à notre hôtel.

Une douche nous permettra de nous revigorer avant de nous rendre au stupa de Boudhanath (lire également Bodhnath), une des places de pèlerinage bouddhiste les plus importante et un des plus grand monument bouddhiste au monde. Le monument se trouve à environ 7 minutes de l'hôtel et ce, à pied. Comme plusieurs restaurants et commerces bordent le site, nous pourrons par la même occasion prendre un bon diner.  Ainsi, vers 16h30, nous prendrons la direction du Boudhanath et après quelques minutes de marche, un modeste prix d'admission, nous avons accédé à cet immense stupa blanc d'environ 36 mètres de diamètre et 43 mètres de haut, coiffé d'une couronne dorée. Au premier coup d'œil, on peu apercevoir les fidèles effectuer leur rituels autour du stupa. Il s'agit de marcher autour de sa base en faisant tourner les moulins à prières placés tout autour et ce, en récitant des mantras adressés à la divinité de la compassion.  

Nous emboiterons le pas derrière les quelques fidèles, dont la majeure partie sont des réfugiés tibétains, afin d'effectuer un tour et d'accéder à sa terrasse. Nous y flânerons sous les multiples drapeaux de prières attachées à la couronne qui domine ce symbole. Nous prendrons ensuite le diner sur la terrasse d'un des restaurants qui jouxte le stupa, ce qui nous permettra de contempler le soleil se coucher sur ce monument népalais. Nous entrerons ensuite à la chambre à l'obscurité, pris par une des nombreuses coupures de courant provoquées dans la ville. Quoiqu'il en soit, ceci ne nous empêchera pas de retrouver notre hôtel, non sans avoir sollicité quelques indications.

Jour 4

Le réveil se fera très tôt, avant même que les pigeons viennent roucouler sous la fenêtre de notre chambre, que les chiens se mettent à japper et que les klaxons des automobiles retentissent. Nous prendrons le petit-déjeuner sur la terrasse de l'hôtel avant de demander un taxi pour la ville de Patan, ancienne cité-État comme Bhaktapur mais pratiquement devenue depuis, une banlieue de Katmandou. Le trajet est ardu à travers la circulation dense, la poussière et les rues cahoteuses. On nous conduira ainsi jusqu'au Durbar Square de Patan, dont l'ensemble des temples constitue la plus saisissante composition architecturale newar dans le pays. Après en avoir payé l'accès, nous flânerons sur cette jolie place qui en vaut largement le déplacement. Les temples ont été bien restaurés et sont maintenant bien entretenus ce qui n'est pas le cas de tout les bâtiments historiques de la région. Nous en profiterons également pour se perdre dans les rues avoisinantes à découvrir au hasard, des temples au tournant d'une rue, des stupas encastrés entre les bâtiments ou des chaitya découvert dans le fond de cour. Dans tous les recoins, on retrouve des joyaux provenant d'une autre époque. Cette balade nous permettra d'observer la vie de ses habitants en relation notamment avec leur temple ou autour de leur hiti, sorte de bassins profonds accessibles par des escaliers et alimentés par des déversoirs où les résidents se regroupent afin de laver leur vêtements ou  s'alimenter en eau . Malgré cette balade au gré de notre inspiration nous surgirons par hasard  sur le Kwa Bahal (lire également le Temple d'Or), splendide monastère bouddhique unique en son genre où un jeune garçon de moins de 12 ans remplit la fonction de grand prêtre pour une période de 30 jours.  Nous passerons ainsi l'ensemble de la journée et retournerons à notre chambre afin de nous préparer pour un diner particulier qu'on nous avait recommandé. Nous finirons donc la journée par un repas 22 services au restaurant Krishnarpan du Dwarika's Hotel. On nous offrira des mets délicieux inspirés de régions et de communautés typiquement népalaises. Quant à l'hôtel, elle est le résultat de la rénovation d'une maison traditionnelle centenaire d'une architecture exceptionnelle.

Jour 5

Le décalage horaire se fait sentir. Une fois de plus, le sommeil m'abandonne au milieu de la nuit. Que voulez -vous, ça fait partie du voyage. Au matin on se fera dorer au soleil tout en étirant le petit-déjeuner sur la terrasse du Shambaling. Les avions qui nous passent au-dessus de la tête nous rappelle que nous serons dans l'une d'elle, (vers Lukla) très bientôt, point de départ de notre trek vers le camp de base de l'Everest.

Vers 10h00, nous transférerons vers l'hôtel Le Radisson de Katmandou puisque l'équipe d'Expéditions Monde nous prendra en charge à partir de cet endroit. Une fois de plus, quand notre chambre sera disponible et que nous nous serons installés, nous prendrons la direction cette fois-ci du Durbar Square de Katmandou. Du premier coup d'œil, il est évident qu'il n'a pas la même envergure et la beauté des deux premiers visités. Quoiqu'il en soit, nous passerons malgré tout un moment à cet endroit, visiterons le temple de Kumari Bahal, édifice bouddhique à 3 niveaux aux fenêtres de bois foncées finement travaillées qui abrite la déesse vivante, fillette choisie pour symboliser la déesse de la ville. Quant aux autres temples, que ce soit l'Ashkor Binayak voué à Ganesh, le Maju Deval dédié à Shiva ou Chyasin Dega construit pour compétitionner avec le temple de Patan vouée à Krishna, nous nous contenterons plutôt de les  observer de l'extérieur. Nous prendrons ensuite le lunch sur la terrasse du toit du Krishnarpan Restaurant qui nous permettra d'observer le va-et-vient des passants et de dominer les toits de Katmandou. Par la suite nous nous engouffrerons dans la foule de Makhan Tole pour revenir vers notre hôtel.

Vers 16h30, nous irons rencontrer nos partenaires de voyages et nos guides, on nous donnera les conseils d'usages et nous décrira l'emploie du temps des prochains jours. On prendra possession du matériel fourni par l'organisation: Sac de transport, sac de couchage et manteau de plume. On reviendra ensuite à notre chambre afin de bien sélectionner notre matériel et ainsi respecter la limite de poids recommandée (10 Kg).

Jour 6

Aujourd'hui, nous débuterons notre journée vers 08h30 avec une visite guidée du fascinant temple de Pashupatinath. Ce temple indou au toit d'or voué à Shiva est le plus important du Népal. Nous accéderons au lieu à travers des kiosques de poudre multicolores pour tika (marque portée sur le front par la plupart des hindous), d'étals de fleurs, d'encens, d'images religieuses et de colliers de perles rudraksha (graine provenant d'un arbre nommé Elaeocarpus Ganitrus). Tout près de l'aéroport, ce haut lieu de la spiritualité hindoue situé en bordure de la rivière sacrée Bagmati accueille un nombre important de pèlerins et de sadhus. Ce lieu permet également aux hindous d'avoir le privilège d'être incinéré sur un des promontoires situés sur ses ghats, ces larges escaliers qui descendent jusqu'à la rivière. Maintenant, il est possible de photographier la crémation des morts. Ceux-ci sont transportés jusqu'aux ghats enveloppés dans un linceul et déposés ensuite sur un des bûchers de bois. Sur l'autre rive, face aux gaths de crémation se situent également des promontoires où des prêtres installés avec des familles viennent prier leurs morts.

Pashupatinath

Nous poursuivrons ensuite notre visite en nous déplaçant vers le Boudhanath, cet énorme stupa blanc. Comme il s'agit d'une deuxième visite pour nous, ce sera une opportunité pour moi de m'installer tranquillement à observer les pèlerins et locaux qui s'y déplacent. Nous retournerons finalement à l'hôtel prendre un dernier diner puisque le lendemain, ce sera notre départ vers les montagnes de l'Himalaya.

Le trek

Le trek vers le camp de base de l'Everest «à la saveur d'Expéditons Monde»  nous a amenés en 14 jours dans une des régions les  plus spectaculaires du Népal et même du globe. Là-bas, en plus d'être entourés des plus hauts sommets, nous avons trempés dans la culture sherpa, ces habitants isolés, loin des routes et de tout système de transport autre que le mulet ou le yak. Le trek suit le sentier historique de la première expédition.

du Jour 7 au jour 20

Appel réveil à 04h00. On retrouve le groupe au lobby pour un petit-déjeuner avant qu'on nous conduise à l'aéroport de Katmandou. De là, on nous transporte vers le petit avion avec lequel nous nous envolerons vers Lukla, porte d'entrée de plusieurs randonnées dont celle vers l'Everest. Nous passerons ainsi d'une altitude de 1350 mètres à une altitude de 2860 mètres. Un vol agréable de 35 minutes, sans turbulence,  nous donne un avant goût des montagnes avec le spectacle du soleil du matin qui rayonne sur leur versant, là à notre gauche. À notre droite, il s'agit plutôt des basses montagnes, tapissées de cultures en terrasse encore obscures puisque le soleil n'y est pas encore levé. L'atterrissage sera spectaculaire sur cette courte piste de près de 500 mètres avec une pente de 12 degrés. Les montagnes qui l'entourent sont toutes aussi spectaculaires avec leur pics enneigés qui brillent avec le soleil du matin.

On récupérera notre sac à dos de jour alors que les porteurs récupérerons nos gros sacs. On se rendra à un campement tout près où on récupérera des vêtements mieux appropriés pour l'heure et l'altitude. On nous présentera notre équipe constituée de 4 porteurs, 2 cuisiniers et le serdar, guide et chef d'équipe du groupe. Ajoutés à notre guide principal et à notre tour leader, on sera 9 pour supporter 7 trekkeurs. Une fois les présentations faites, on prendra un moment à flâner dans le village avant notre départ. 

On longera ainsi pendant plusieurs jours la Dudh Kosi (rivière de lait). De Lukla (2860 m) on se rendra en près de 3 heures à notre première étape, le village de Ghat (2492 m). Déjà, les paysages sont saisissants, on y croise quelques trekkeurs qui reviennent, d'autres qui nous dépassent, plusieurs sherpas transportant des charges impressionnantes sur leur dos ou des ânes, des dzos (hybride entre la vache et le yak) ou des bœufs qui sont également les seuls moyens de transports du secteur. À Ghat, nous serons accueillis dans des campements permanents exclusifs. On tuera le temps qu'il nous reste à se balader dans le secteur et le petit village dont nous avons vite fait l'aller-retour. Les couchers se feront très tôt puisqu'une fois le soleil disparu, le temps se refroidi rapidement et il y a vraiment peu à faire.

Le lever nocturne se fait à la lampe frontale. Le spectacle est tout autre. Les étoiles qui tapissent le ciel sont spectaculaires. Loin des lumières des villes on peut même visualiser facilement la voie lactée. De plus le ciel est suffisamment claire pour distinguer le sommet du Khumila qui nous domine.

Jour 7

On nous réveillera vers 06h00, prendrons le petit-déjeuner vers 07h00 dans la salle à manger prévue à cet effet et quitterons le campement vers 08h00.

Thé matinal

Nous nous dirigerons cette fois-ci vers le village de Monjo. Le guide qui est en tête du groupe donne le rythme. Démarche lente afin de nous permettre le maximum de chance de nous acclimater. On passera par le village de Phakding une étape pour certaines équipes de trek et un des plus importants sur la sentier.   Cinq heures plus tard, on atteindra Monjo à 2835 mètres, approximativement la même altitude qu'au départ de Lukla.

Jour 8

Cette journée est considérée comme une des plus difficiles pour 2 raisons: La première est que nous atteignons l'altitude significative de 3000 mètres. La seconde est par sa dénivellation importante. On prévoit une ascension vers Namche Basaar de 5 heures. Une fois l'entrée du Sagarmatha National Park franchi, les paysages qui s'ouvriront devant nous seront tout à fait grandioses et spectaculaires. Les pics enneigés d'un blanc immaculé sur leur base boisée et ombragée viennent se découper.  C'est sur cette portion du trajet que nous aurons notre premier aperçue de l'Everest. Même si nous sommes éloignés et que la partie visible est limitée, le sentiment qui nous habite est unique. Nous avons le privilège de visualiser l'Everest dans son authenticité, le sommet le plus élevé du globe, rien de moins. Après avoir eu un moment afin d'apprécier ce spectacle, nous poursuivrons notre ascension et arriverons alors que se termine le marché de Namche Bazaar qui se tient tous les vendredi et samedi. Nous y flânerons quelques minutes avant de poursuivre et d'atteindre finalement notre premier éco-lodge, l'hôtel Sherwi Khangba qui se situe au niveau le plus élevé du village. Nous aurons le privilège d'avoir une chambre avec vue sur le Kongde. Malgré la simplicité de la chambre, le fait d'avoir une vue aussi extraordinaire en vaut son pesant d'or. En fin d'après-midi, une descente au village s'imposera. On y retrouvera beaucoup de commerces vendant majoritairement du matériel de trekking, des cybercafés, des restaurants ainsi que des hôtels et des lodges. On restera surpris lorsqu'il faudra revenir et affronter les multiples escaliers à remonter vers notre éco-lodge.

Jour 9

Cette journée sera la première de deux journées d'acclimatation. Le principe est donc de faire une ascension substantielle et revenir au même niveau d'altitude. Ces journées sont prévues afin de permettre à notre corps de s'adapter aux niveaux d'altitude importants. C'est donc sous un soleil radieux que nous avons fait une ascension de 440 mètres nous permettant d'avoir une vue en plongée sur le village de Namche Bazaar avant qu'on nous conduise jusqu'à L'Everest View Hotel. L'hôtel est situé plus précisément à Shayngbuche et est considéré comme un des meilleurs hôtels au monde en haute altitude. Son emplacement permet de jouir d'une vue sur l'Everest bien installé de son lit douillet. En ce qui nous concerne, nous nous contenterons d'une soupe consommée sur la terrasse. Au retour à Namche Bazaar, on profitera de l'après-midi afin de donner des nouvelles à nos proches et faire l'acquisition de quelques souvenirs.

Jour 10

Un autre levé avec, de notre fenêtre, une vue imprenable sur le Kongde dont seulement la cime accueil les premiers rayons du soleil.

 Soleil levant sur le Kongde

Le spectacle est magnifique. À peine nous aurons quitté l'éco-lodge en direction de Deboche que l'Everest, le Nuptse et l'Ama Dablam se dévoileront à nous alors que le Thamserku nous côtoie. Nous passerons l'ensemble de la matinée en ascension sur un sentier dominant les pentes abruptes qui se rendent à la Dudh Kosi, à plusieurs centaines de mètres plus bas.  À Kyangjuma nous entreprendrons une descente de près de 300 mètres jusqu'à la rivière où nous prendrons le lunch. En après-midi, nous reprendrons une ascension de plus de 600 mètres qui nous amènera en 2 heures 30 jusqu'au plus important monastère de la région, à Tengboche. Exténués par cette montée importante, nous prendrons un moment afin de visiter l'endroit. Nous avons finalement repris le sentier et conclu notre journée  environ 30 minutes plus tard à Deboche. Nous serons maintenant à 3710 mètres.

Jour 11

Ce sera un réveil givré. Après le petit-déjeuner, la marche débutera à l'ombre et au froid. On traversera ensuite la rivière, du côté exposé au soleil nous permettant de nous réchauffer substantiellement. On fera une pause à Pengboche pour ensuite poursuivre l'ascension vers Shomare où nous prendrons le lunch à plus de 4000 mètres maintenant. Chaque mille mètres franchis est une fête, puisque jamais, nous aurons la certitude d'atteindre notre objectif tant que nous n'y aurons mis les pieds. À cette altitude, on ressent de façon beaucoup plus évidente maintenant, le manque d'oxygène. Chaque petite ascension nous essouffle. Nous marcherons ainsi jusqu'à Dingboche à 4360 mètres. C'est à cet endroit que nous passerons la prochaine journée afin de nous acclimater. La soirée, comme biens d'autres d'ailleurs, se passera à jouer aux cartes et à faire un brin de jasette avec les autres compagnons de trek, histoire de tuer le temps.

Jour 12

La journée d'acclimatation sera réservée pour une petite ascension d'environ 200 mètres. En haut de la colline dominant le village, plusieurs chortens inter-reliés par des drapeaux de prière occupent la cime. Une fois de plus, le paysage qui s'offre à nous est à couper le souffle. Nous passerons un moment à observer le paysage pour enfin redescendre vers le village que nous traverserons.  Nous resterons ensuite le reste de la journée au campement afin de nous reposer des prochaines journées qui s'annoncent  difficiles.

Jour 13

Nous débuterons notre journée par une montée d'environ 200 mètres où nous atteindrons un plateau. Nous poursuivrons sur ce plateau qui grimpe faiblement jusqu'à Duglha (4620 m) que nous atteindrons à l'heure du lunch. Nous entreprendrons ensuite une importante montée de plus d'une heure sur la moraine terminale du Glacier de Khumbu. Cette ascension nous mènera à près de 4800 mètres jusqu'à un ensemble de monuments commémorant les alpinistes et sherpas décédés dans des expéditions à l'Everest. C'est à partir de cet endroit que le manque d'oxygène entraînera des symptômes reliés au MAM, le mal aigu des montagnes.

Ainsi nausées et maux de tête se mettront de la partie. Nous finirons notre marche dans un environnement qui s'est transformé de façon beaucoup plus évidente en paysage hivernal. À Lobuche, nous nous installerons pour la nuit avec les symptômes du MAM toujours présents et où l'on remettra en question les motivations qui nous ont conduit à un périple de cet envergure.

Jour 14

Aujourd'hui, malgré nos interrogations de la veille, nous entreprendrons la journée tant attendue. C'est aujourd'hui le jour ultime qui nous amène à 5365 mètres, au Camp de base de l'Everest, ce lieu mythique d'où les alpinistes entreprennent leur ascension vers le toit du monde. Nous commencerons donc notre marche avec une première partie, d'une durée d'approximativement 3 heures qui nous conduira jusqu'à Gorak Shep. C'est dans un éco-lodge à cet endroit que nous logerons pour la nuit, à 5160 mètres d'altitude. De là, nous devrons compter 6 heures de marches afin de nous rendre au camp de base et y revenir. La marche se fera sur la moraine du Glacier de Khumbu. Le sentier se fera plus difficile que dans l'ensemble de ce que nous avons vécu jusqu'à maintenant. Chemin faisant, à près d'une heure avant d'atteindre le camps de base, l'inscription très appropriée "Never give up" nous rappelle qu'il ne faut jamais abandonner. La présence plus marquée de pierres, de neige et de glace vient compliquer de façon plus substantielle notre marche. Le déficit d'oxygène vient s'additionner au la complexité du trajet. La moindre élévation nous essouffle. C'est avec grande émotion que nous atteindrons ainsi le camp de base, cet amas de pierre truffé de drapeaux de prières ou drapeaux de pays d'où  les trekkeurs proviennent.

Camp de base de l'Everest

Comme tous, nous prendrons un bref moment afin d'immortaliser notre passage avant d'entreprendre notre retour vers Gorak Shep. C'est donc après 9 heures de marche à près de 50% d'oxygène que nous arriverons exténués à notre lodge. Nous prendrons un moment afin de récupérer, mangerons quelques bouchées de notre diner sans grand appétit et irons nous coucher tôt, avec le désir profond de passer rapidement au travers de la nuit pour redescendre au plus vite à une altitude tolérable.

Jour 15

La nuit a été entrecoupée par plusieurs sursauts. L'air nous manque et nous réveille par surprise. Le réveil sera difficile. La nausée et les maux de têtes sont toujours présents. J'aurai passé la nuit à me gaver d'anti-nausées au rythme de la posologie. Nous ferons un brin de toilette avant de nous rendre au petit-déjeuner. Nous prendrons ensuite la route du retour avec l'objectif premier de nous rendre à Lobuche pour le lunch. À cet endroit, nous aurons à attendre une partie du groupe qui ont optés de gravir le Kala Pattar qui signifie la roche noire en hindou. Ce sommet situé sur l'arête sud du Pumori à une altitude de 5550 mètres est un sommet très convoité pour son point de vue sur l'Everest. Il en prend plus de 3 heures afin de faire l'aller-retour entre la cime du promontoire rocheux et Gorak Shep. De notre côté, nous rejoindrons Lobuche en près de 3 heures. Déjà l'apport supplémentaire en oxygène fera son œuvre. À l'arrivée de nos compères de trek nous prendrons le lunch pour ensuite entreprendre notre retraite vers Dingboche où nous passerons la nuit. Comme nous entreprenons notre descente , il n'y a plus de soucis d'acclimatation, le rythme augmente donc. Il faudra encore 2 heures 30 de marche avant d'y arriver. Nous sommes exténués par cette journée mais nous nous réjouissons car le mal aigu des montagnes s'est enfin dissipé complètement.

Jour 16

La meilleur nuit depuis mon arrivée au Népal. C'est pas peu dire. C'est l'appel du thé qui nous réveillera. Après le petit-déjeuner, nous entreprendrons cette fois-ci notre descente vers Deboche avec un arrêt au monastère de Pengboche. Ce monastère de près de 300 ans est particulièrement réputé pour la relique du Yéti. Après 4 heures, nous arriverons à notre campement. Nous pourrons ainsi nous prélasser le reste de l'après-midi.

Jour 17

Deboche connait un microclimat et amène, malgré son altitude plus basse, des températures plus humide et plus fraîches. Pour ces raisons, à notre réveil, nous ferons face au givre et au froid. Le petit-déjeuner se fera donc bien emmitouflé. Nous entreprendrons ensuite une montée qui nous conduira, une fois de plus, au monastère de Tengboche. Ce sera ensuite une descente importante pour retrouver la rivière Dudh Kosi. Une fois traversée, nous reprendrons une ascension de 300 mètres avant de s'engager en 1 heure 30 sur une pente douce qui nous conduira jusqu'à Namche Bazaar. Pour une dernière fois, on descendra au village et se mêlerons au gens du village qui font la fête dans la rue.

Jour 18

Nous quitterons l' éco-lodge Sherwi Khangba pour une descente importante d'une durée de 06 heures 30 qui nous conduira jusqu'à Ghat, avant dernière étape de notre périple. Un arrêt au cours de la descente nous permettra de jeter un dernier coup d'œil sur l'Everest, traverserons le pont suspendu le plus élevé du trek et prendrons le lunch à Monjo avant d'arriver à Ghat pour un dernier coucher en campement permanent.

Jour 19

C'est aujourd'hui notre dernier jour de trek. Comme il ne nous reste plus que 3 heures de marche avant notre arrivée à Lukla, le lever se fera plus tard qu'à l'habitude. Nous entreprendrons ensuite notre dernière ascension qui nous fera passer de 2492 mètres à 2800 mètres. C'est avec émotion que nous franchissons l'arche commémorative National Luminary Pasang Lhamu Memorial Gate dédiée à la première femme sherpa à avoir atteint le sommet de l'Everest. Cette arche vient mettre un terme au trek et à cette fabuleuse aventure. Nous nous rendrons à notre dernier lodge, célèbrerons autour de notre première bière depuis le début du trek et en soirée fêterons accompagnés de nos guides. Ce sera notre dernière nuit maintenant dans l'Himalaya. Une certaine nostalgie s'empare maintenant de nous.

 Jour 20

C'est la journée du départ. Nous sommes logés à 2 pas de l'aéroport. En attendant notre vol, nous observons le va-et-vient des trekkeurs qui quittent et qui arrivent. Nous prendrons finalement notre vol qui nous transportera vers Katmandou en survolant les cultures en terrasse qui tapissent le paysage de la région.

Tenzing-Hillary Airport

Notre retour se conclura par une douche bien chaude et une nuit dans un bon lit douillet.

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire